Lorsque les coraux blanchissent c’est qu’ils sont soumis à un stress excessif le plus souvent dû à l’élévation de la température. Mais, ils peuvent aussi réagir en cas de fortes pluies, d’apports boueux, ou de trop fort ensoleillement. Dans les récifs, d’autres animaux comme les anémones et les coraux mous peuvent aussi blanchir. Un corail blanc est encore vivant, mais lorsque on observe un fin voile jaunâtre à sa surface ou que de fines particules de sable encombrent les polypes, alors il est trop tard et le corail est mort.

Le premier évènement mondial de blanchissement corallien date de 1997-1998, en lien avec le réchauffement climatique. 2016 aura connu le troisième évènement majeur et la communauté scientifique inquiète de l’avenir à court-moyen termes de la santé des récifs se mobilise pour mesurer l’impact de ces phénomènes qui pourraient être de plus en plus fréquents dans l’avenir puisque l’océan se réchauffe.

plus d’information ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Blanchissement_des_coraux

A titre d’exemple, voici l’évolution d’une colonie particulière de corail Acropore du lagon de Saint-Leu (La Réunion) qui fait l’objet d’un suivi dans le temps depuis qu’il a blanchi en mars 2016.

images Isabel Urbina.

Que peut on faire ?

S’il est difficile d’agir à l’échelle mondiale, et sans baisser les bras parce que nous avons de bons exemples ici et là de récupération (résilience) de certains récifs, il faut passer à l’action en encourageant la création d’aires marines protégées, en développant de la recherche appliquée pour des espèces adaptées aux fortes températures, en réduisant les stress chroniques, …

  1. le bouturage des coraux peut permettre par exemple de restaurer certaines parties d’intérêt patrimonial fort mais les surfaces replantées seront faibles, au mieux quelques centaines de mètres carrés. Des expérimentations sont menées dans de nombreux récifs du monde.
  2. la lutte contre les pollutions chroniques provenant du milieu terrestre est essentielle dans les zones où vivent des populations denses.
  3. la surveillance de la santé des stations sentinelles est renforcée avec des campagnes exceptionnelles pendant et après le blanchissement, qui permettent d’évaluer plus finement les conséquences sur les coraux et les autres animaux/végétaux mais surtout de repérer les colonies qui auront mieux supporté l’épisode. C’est en effet celles-ci qui détiennent le secret et donc l’espoir de régénérer de grandes superficies de récif dans le futur.

A Reef Check France, seuls les Ecodivers certifiés sont en mesure de réaliser ce type de suivis, mais vous pouvez rejoindre une des équipes et vous former aux méthodologies.

 

A Mayotte, parmi les actions : le suivi de 6 stations & un Discovery pour le Lycée du Nord.

L'année 2018, pour Reef Check Mayotte, est une année de transition puisque le portage doit désormais être assuré par une structure locale. Deux démarches complémentaires sont engagées sur le terrain en cette fin d'année. La première par l'équipe du Parc Marin qui...

Des récifs coralliens inventoriés

L'organisme Reef Check (1) Guadeloupe a 10 ans. Il suit l'évolution des récifs coralliens de Guadeloupe grace à un réseau de surveillance composé de huit stations de l'archipel, dans le... PLUS...

Le blanchissement corallien.

Lorsque les coraux blanchissent c'est qu'ils sont soumis à un stress excessif le plus souvent dû à l'élévation de la température. Mais, ils peuvent aussi réagir en cas de fortes pluies, d'apports boueux, ou de trop fort ensoleillement. Dans les...